Triip.fr Triip.fr
Inviter des amis

Inscrivez-vous pour mieux organiser et partager vos voyages:

- Créer vos collections de photos
- Partager vos photos de voyages avec vos amis
- Suivez les mises à jour de vos amis

Utilisez Triip pour organiser et partager
vos photos et idées de voyage avec vos amis.

Publiée à l'origine par

Case traditionnelle, particulière à la Casamance, avec un toit en entonnoir qui éclaire la case et conduit l'eau de pluie dans un bassin placé en son centre.

Cette eau est stockée pour la saison sèche. L'exploitation des huîtres effectuée de décembre à mai par les femmes, vivent à l'état naturel sur les racines des palétuviers découvertes à marée basse. Rarement consommées fraîches, mais  grillées au feu de bois. Une fois séchées au soleil les huîtres elles sont consommables plusieurs mois. Les (bolongs) et les îles de l'estuaire du fleuve sont un paradis pour la pêche, mais permettent aussi de magnifiques excursions en pirogue à partir de Carabane.



Le cimetière où le capitaine Aristide Protêt est enterré selon ses souhaits debout face au rivage avec deux trous en face des yeux pour guetter l'ennemi. Les trous ont été rebouchés depuis cette époque.


une case à impluvium totalement restaurée le village de Diakène, situé à quelques kilomètres de la station balnéaire du Cap Skirring, toujours au Sud du Sénégal, dans la région de Ziguinchor Une activité agricole, qui a fait la réputation de la Casamance, est la récolte et la préparation du célèbre vin de palme appelé bunuk.

Cette boisson traditionnelle Diola est obtenue après fermentation de la sève du palmier à huile. L'Hôtel de Carabane Les rizières qui se trouvent dans la mangrove sont protégées des eaux salées des bolongs (bras de mer) par des digues et des bassins. Dans ces bassins des crevettes et des poissons grandissent avant d'être pêchés à la fin de l'hivernage quand les bassins sont vidés.
Samuel blaise joseph Ndiaye
samsic

Samuel blaise joseph Ndiaye

Triipé le 24/05/2012

Le cimetière où le capitaine Aristide Protêt est enterré selon ses souhaits debout face au rivage avec deux trous en face des yeux pour guetter l'ennemi. Les trous ont été rebouchés depuis cette époque.
Signaler
  

Je veux y aller

0

J'y suis allé

0